Astro-Généalogie

  • par

Quelques pistes d’Astrogénéalogie pour étudier son thème sous le prisme du transgénérationnel :
Ce relevé est loin d’être exhaustif, je vous livre juste quelques clés pour débuter.
En astrologie, plusieurs pistes sont à explorer pour étudier son thème natal avec un regard transgénérationnel :

  1. Le cycle de Saturne : Saturne correspond à tous les rituels de passage et aux ancêtres en général. La position de Saturne en signe et en maison donne des informations sur notre « ancestralité » et sur nos aïeux, ainsi que sur les lois qui ont été intégrées par la lignée.

2. Les maisons d’eau : 4, 8 et 12 : Observer ces trois maisons, les planètes qui s’y trouvent, leurs maîtres, les planètes en analogie : Jupiter-Neptune pour la 12, la lune pour la 4, Mars-Pluton pour la 8.

La maison 12 : La transmission du sens de la vie. Le projet sens de la lignée et l’influence qu’elle a sur nous. Le secteur 12 renvoie à la gestation, à la vie intra-utérine, à ce que l’on a projeté sur nous avant notre naissance (symbolisée par l’ascendant).

En maison 12, on peut mettre le doigt sur les mémoires de pauvreté, de famine, sur les enfermements : hospice, camps, prison etc…
Et sur les maladies, les problèmes d’alcoolisme, les addictions, les adultères, les enfants illégitimes….

La maison 4 : La transmission du Nom, les langages familiaux. Intégrer son héritage (maison 4) pour devenir parents (maison 10).
En maison 4, on réfléchira à tout ce qui tourne autour de l’appartenance familiale, l’hérédité, l’enfance et ses mémoires, le nom de famille, le langage familial (famille silencieuse, les attitudes, etc….). Les codes familiaux. Le mythe familial.

La maison 8 : La transmission du sens de la mort, les deuils non faits. Accomplir le deuil de nos ancêtres en 8 pour recevoir leurs dons (maison 2).
Dans ce secteur, on peut analyser tous les deuils non faits (les morts sans sépultures, les suicides), ainsi que tous les sujets tabous touchant à la sexualité, les interdits, la honte, l’inceste, les viols, et à l’argent : les problèmes autour des héritages, les spoliations, les faillites etc….

3. Chiron : Blessure et guérison.

L’astéroïde Chiron correspond à la blessure existentielle, une blessure incurable et souvent inconsciente. Chiron en signes et en maisons indique à la fois le type de blessure, ainsi que les moyens à mettre en œuvre pour soigner, guérir cette blessure.

4. Pluton, Neptune et la lune noire sont des facteurs de mystères, de secrets, de non-dits. Pluton et Neptune nous renvoient à notre inconscient, à ce que l’on ne peut pas maitriser à moins d’un réel travail sur soi. Ces deux planètes font très souvent partie des dominantes du thème lorsque la personnalité est en prise avec un inconscient familial chargé : (Voir les positions de Pluton et Neptune : Sont-ils angulaires, en maison d’eau, proche d’un luminaire etc…).

5. L’axe des noeuds lunaires, et particulièrement le Noeud-Sud. Le Nœud Sud est le bagage avec lequel nous arrivons sur terre. Il est porteur de tous nos vieux conditionnements, de nos automatismes familiaux, de tout ce dont nous avons hérité. Ce sont aussi les situations non réglées, les traumatismes non cicatrisés, les fidélités familiales.
Le Noeud-Nord quant à lui projette la famille dans une autre dimension.

6. Le soleil, la lune : Les images parentales. Le soleil et la lune ne nous donnent pas une représentation réelle de ce qu’étaient nos parents, mais ils nous informent sur la façon dont l’enfant a perçu ses parents, l’image intérieure qu’il a intégrée de ses géniteurs. (NB : Il est toujours intéressant de comparer les thèmes d’une même fratrie afin de mesurer que des frères et sœurs peuvent avoir une vision totalement différente de leurs parents).

7. Les cycles planétaires (de Jupiter à Pluton) : Ils vont permettre de prendre en compte le contexte socio-culturel-historique des ancêtres. Il est donc intéressant de comparer tous les thèmes d’une même lignée pour observer quels sont les cycles qui se répètent). Les cycles planétaires nous parlent d’un temps collectif. Comment la petite histoire s’inscrit dans la grande Histoire.

Ex : Les cycles Pluton-Saturne sont porteurs de moments de guerres ou de crises économiques (1914, 1929, 1939).
Les cycles Saturne-Neptune peuvent parler de grands mouvements collectifs, entre autres (Les Révolutions Russes de 1917 par exemple).
Le cycle Uranus-Pluton : La Révolution Française, Mai 1968 etc….

8. La comparaison de thèmes :
Pour essayer de comprendre quel est le membre (ou les membres) de notre lignée avec le(s)quel(s) nous nous sentons « en dette » (nos loyautés familiales), ceux dont nous portons les traumatismes etc…notre seul thème de naissance ne suffira pas.
Il est important de dresser son « arbre généalogique-astrologique », et d’user de la synastrie.

Il faut regarder en priorité :
Les dominantes identiques : Les répétitions des mêmes signes, des mêmes maisons et les aspects qui se répètent : Ex : Une lignée de femmes qui présentent toutes des aspects Lune-Neptune par exemple.
Les Noeuds-Lunaires et leur superposition en synastrie.
Les interactions Lune-Saturne en synastrie (La lune et Saturne nous renvoient à l’axe 4-10, donc aux signes du cancer et du capricorne : l’enfance et la vieillesse).
La répétition des cycles planétaires.

La famille va transmettre :
Un espace collectif : Cela se traduit par la répétition de planètes ou axes sur un même point du thème.
Ex : un père a le soleil à 10° verseau, le fils a la lune a 12° verseau, le grand-père a saturne a 11° verseau etc….
Il y a un espace commun, une expérience commune à ces trois personnes. Cette expérience sera bien-sûr vécue différemment selon la planète située à cet endroit-là.

Une conscience collective : C’est la dominante du thème. Par exemple, une famille dont de nombreux membres affichent un Pluton angulaire, ou un Saturne en aspect au soleil. Cela permet de définir le mythe familial, le roman sur lequel la famille se construit. Ce n’est pas pareil de vivre dans une famille qui repose sur un mythe Mercurien, que sur un mythe Saturnien.

Un temps collectif : C’est la répétition des cycles planétaires identiques. Par exemple, une grand-mère née sous une conjonction Saturne-Jupiter, un père né sous une opposition Saturne-Jupiter et une fille née sous un carré Jupiter-Saturne.
Ces trois membres sont alors soumis à un même tempo, une même rythmicité. Et nous pouvons alors observer s’il y a des événements importants (mariages, naissance, décès, déménagement, etc…) qui surviennent sous l’influence de ce cycle planétaire.

9. Les grands mythes : Bien avoir en tête les histoires familiales que l’on observe dans les mythes Grecs ou dans l’Ancien Testament par exemple :
– Le combat des pères et des fils : Ouranos, Chronos et Zeus.
– Les relations mères filles : Déméter et Perséphone, ou les relations entre sœurs : Rachel et Léa (la Genèse).
– Les fratries : Castor et Pollux, Artémis et Appolon, Abel et Caïn, Esau et Jacob.
– Les grandes histoires de famille : Les Atrides, les Labbacides (Œdipe)

Sarah H. Astro-Psychologie Marseille

Bibliographie :

La mémoire ancestrale en astrologie : Catherine Gestas et Martine Barbault.
Ciel mes aïeux : les parents dans le thème de naissance : Eric Berrut.
Déméter et Perséphone : les relations mères-filles : Eric Berrut.
Chiron et l’axe des portes : Catherine Castanier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *